mardi 21 mai 2013

Madagascar : Quelle solution pour la CENI-T ?


La question se pose d’elle-même : que fera Béatrice Atallah ? Premier élément de réponse : elle va négocier auprès de ses interlocuteurs la reprise du financement du processus électoral malgache. Avec bien sûr un rapport d’activité aussi minutieux que possible pour permettre à nos partenaires de comprendre jusqu’au moindre détail l’imbroglio politique dont est victime Madagascar.

par rov@higa

Béatrice Attalah, entourée de Fatma Samoura et Leonidas Tezapsidis
Comme annoncé, Béatrice Atallah la présidente de la CENI-T est attendue à Washington par le Secrétaire d’Etat  Adjoint Donald Yamamoto au chargé de l’Afrique et de l’Océan Indien, avant d’être reçue à New York au Département des affaires politiques de l’ONU. Après la capitale politique de l’Union Européenne à Bruxelles, Paris l’accueillera par l’intermédiaire du Secrétaire Général de l’Organisation Internationale de la Francophonie Abdou Diouf et enfin les responsables gouvernementaux français.

La question se pose d’elle-même : que fera Béatrice Atallah ? Premier élément de réponse : elle va négocier auprès de ses interlocuteurs la reprise du financement du processus électoral malgache. Avec bien sûr un rapport d’activité aussi minutieux que possible pour permettre à nos partenaires de comprendre jusqu’au moindre détail l’imbroglio politique dont est victime Madagascar. Mais en définitif, elle ne pourra ni proposer des solutions, ni recevoir et encore moins apporter des solutions à nos problèmes. La raison en est tout simple :    
La présidente de la CENI-T ne pourra donc que « rapporter » les recommandations adressées par ses illustres interlocuteurs à qui de droit, d’ailleurs prévu rentrer le 01er juin ou après, le paysage politique risque de changer de fond en comble, démissions en cascade des candidats aux présidentielles obligent, et nouveaux responsables de la transition aux commandes !

On attend toujours avec impatience la suite réservée aux résolutions du dialogue malgacho-malgache initié par le FFKM (Conseil œcuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar) et les actions qu’il s’apprête à mener pour réaliser leur désidérata. Y aura-t-il vraiment une élection le 24 juillet prochain ?

par rov@higa

Aucun commentaire: